par dessus mon epaule

jeu de dames ou constat d'echeques

Accoudé dans le vide au sous sol de mes rêves je m'accorde une trêve.

J’observe par dessus mon épaule l'intégral d'une vie sans pudeur.

L'odeur ethileptique d'un alcool sans saveurs sillonne les contours de cette cave envoutée.

Le manque d'espace pousse les acteurs à une promiscuité dont l’esprit se régale et les yeux se délecte

Les verres trinques les corps se frôlent les coudes se touchent, les regards se croisent quand les jambes se décroisent,

les paroles drapé de solitude finissent par dérouler un discoure de prêcheur ou l'on croit reconnaitre l'odeur du vin de messe

Conjuguant l'imparfait des pensées en mots dits, ils dévoilent des secrets dont seul l'intimité avait le privilège d'assumer la laideur.

Immergés dans un brouillard d'incertitudes qui réduit la vision au miroir qui fait face,

ils semblent persuadés que le verre suivant,nommé petit dernier effacera  toute les ambiguïtés de ce un monde défait ou tout reste à refaire.

Quand le patron des lieux repeint les heures en lune et que le temps les pousse  aux langueurs de la nuit 

 ils reprennent leur parcoure lacéré de blessures ,laissant perler une larme que personne n'essuie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×