le temps m'échappe

j'entend siffler les secondes à quelques centimètres

quand le passé n’est plus, quand le présent s’arrète, quand seul cette seconde peu me récupérer, le temps m’échappe.

Et cette fille qui ne cesse de mater mon altimètre, pourquoi nos regards se sont il fissurés, moi qui bien peinard,les pieds au bord de ma fenètre, les yeux branchés sur mes doigts écarquillés, afin de voir dans l’ombre le peu de temps qui me reste, à une seconde près je pouvais m’échapper.

Mais voila que je respire, que j’irradie pour elle, encore un tour de cadran et je me met à hurler, j’entend siffler les secondes à quelques centimètres, pour la centmillième fois je me suis fait piéger.

Voila que mon cerveau fait place à mes prouesses, je sais depuis longtemps que mon cas est périmé, et j’imagine ces crimes, ces cris et ces dentelles fuir, courir, dépasser cet instant sur mes traces, enfin pouvoir lui dire,hier je t’aimerai.

Mais à force d’échapper au temps qui me trépasse, dans une poignée de seconde je serai peu etre mort né.

dans cette cage de verre, que faire pour calmer mon ennui, bien sure chaque matin une infirmière entre dans ma cellule, pour défragmenter, et reprogrammer mon code secret

J.C.50.jpg

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site